35 heures à l’hôpital: plus d’un millier de manifestants devant l’AP-HP

Plus d’un millier d’opposants au projet de réforme des 35 heures étaient réunis jeudi en fin de matinée devant le siège de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, où des manifestants continuaient d’arriver, a constaté une journaliste de l’AFP.

« Martin arrête ton baratin », « Martin, c’est certain, on n’en a plus besoin »: dans leurs slogans, les personnels du plus grand CHU d’Europe ciblaient le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch, qui entend réformer le temps de travail.

Ce dernier doit recevoir une délégation de syndicats à la mi-journée.

« La seule proposition qu’on attend, c’est le retrait, après on pourra discuter avec lui. Ce n’est plus possible cette démarche d’impulser un recul social », a déclaré à l’AFP Rose May Rousseau (CGT), qui va être reçue par la direction générale.

Parmi les manifestants, Evelyne, 51 ans, technicienne de laboratoire, est venue pour « défendre les RTT ». »On ne parle que des 35H à l’AP-HP, mais pas à la mairie de Paris, par exemple », « on ne vise que l?hôpital, ce n’est pas très juste », a-t-elle déploré.

Cette salariée de l’AP-HP est contre l’idée d’une réorganisation du temps de travail : »Travailler cinq minutes de plus par jour, ça ne sert a rien, on le fait déjà », dit-elle.

La colère enfle dans les 38 hôpitaux de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (75.000 personnels hors médecins) contre le projet du directeur général dont les syndicats réclament le « retrait pur et simple ».

Après une réunion avortée, mardi, avec Martin Hirsch, l’intersyndicale a appelé les agents de l’AP-HP à une grève « massive » jeudi, une semaine après la première.

La grève du 21 mai avait été suivie par 50% des agents, selon les syndicats, 34% selon la direction.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *